Répéter

Oui, mais pourquoi ?

Pour une grande majorité de musicien·ne·s, ce qu’on appelle la répétition, c’est vraiment le rendez-vous de la pratique musicale collective. Une fin en soi, dans le cadre d’une pratique de loisir assumée comme telle.
Et puis il y a évidemment tous les groupes pour qui la répétition c’est la préparation des concerts, l’endroit où l’on prépare un projet de groupe avec une volonté d’évolution, des projets de concerts, de disques… et dans certains cas un objectif de professionnalisation.


La répétition va avoir des raisons d’être différentes selon les musicien·ne·s.

Mais par où commencer ? Comment démarrer un projet ? Où répéter ?

Questions préalables à se poser :

  • Quels sont les lieux de répétition proches de chez moi ?
  • Comment trouver et s’entourer de musicien·ne·s ?
  • Quels lieux fréquenter ?
  • Quels instruments et équipements ai-je ou dois-je me procurer ?
  • Quel est mon temps imparti pour faire de la musique et répéter ?
  • Est-ce que je veux devenir musicien·ne professionnel·le ?
  • Est-ce juste un loisir ?
  • Est-ce que je veux faire des concerts ?
  • Quelle est la prétention et l’image du projet que je veux avoir ?
  • Où puis-je demander conseil ?

Points de vigilance :

• Il existe deux grands types de lieu de répétition : les studios (professionnels pour la plupart et offrant des services transversaux : encadrement, accompagnement pédagogique, enregistrement, info, aide à la diffusion, formation) et les locaux de répétition (qui peuvent être privés et/ou alternatifs).

• Une répétition, ça doit être, sauf exception, le groupe et rien que le groupe.

• Il y a suivant les types de groupes et genres musicaux des conceptions de la répétition totalement différentes.

• Réussir à évaluer l’investissement humain et financier quand vous démarrez des répétitions et/ou un projet.

• Réussir à évaluer la prétention du projet (où vous souhaitez aller).

Les conseils et avantages :

• Se renseigner auprès des écoles de musique, des universités et du réseau de votre esthétique musicale (Rock, Hip-Hop, Electro, Jazz…)

• La première étape est souvent affective : ce qui est déterminant, ça n’est pas le genre musical mais plutôt la relation qui se tisse entre musicien·ne·s.

• La seconde phase est plus rationnelle, plus opérationnelle. Le choix des membres du groupe se fait alors effectivement plus sur la base d’un projet musical déterminé.

• Ne pas hésiter à enregistrer ce que vous faites.

• Évaluer si vous avez besoin d’assistance technique ou d’accompagnement pendant la répétition.

• Maîtriser son volume sonore (rapport aux nouvelles normes européennes et à la santé auditive).

• La répétition représente un vrai temps de création.

• Le service de répétition est un type de cachet dédié à la paye d’intermittent lors de répétition, création, résidences… sans représentation publique. Il est comptabilisé comme un forfait équivalent à 4 heures pour les organismes sociaux, sauf pour Pôle Emploi (et donc le compte des 507 heures) qui ramène toujours un cachet à 12h.
Le salaire brut minium pour un service de répétition est moins élevé que celui d’un cachet de représentation (qui nécessite une performance devant un public).

• Jouer en répétition comme si vous étiez sur scène et confrontez vous à cette dernière.

Fiche rédigée par Charles Féraud (maj 01/03/2021)

MA SOURCE est un site imaginé et réalisé par OCTOPUS.
Fédération des Musiques Actuelles en Occitanie.