Développer et accompagner des artistes

Qu'est-ce qu'un Tourneur ?

Le tourneur fait le lien entre des artistes, un organisateur (programmateur, promoteur ou agent) et lui même en tant que producteur. C’est un vendeur, mais aussi un producteur donc un investisseur.

Tourneur, mais aussi bookeur, diffuseur de spectacles, agent artistique, agent de tournées, développeur d’artistes, chef de projet, producteur d’artistes émergents…

ACTIVITÉS / OBJECTIFS

  • Tenir à jour une base de données des diffuseurs et des lieux de diffusion en adéquation avec le projet artistique du spectacle (cela prend beaucoup de temps, du fait de tailler sa base de données en fonction du projet et du réseau).
  • Mettre en place les périodes nécessaires de résidences et pré-production relatives à la création des spectacles.
  • Planifier, organiser et coordonner le travail des équipes artistiques et techniques.
  • Être en lien direct avec les artistes représentés et leur entourage (manageur, label, éditeur…) pour veiller au bon déroulement de leurs tournées.
  • Concevoir des budgets prévisionnels de tournées.
  • Construire des techniques de démarchage (mail, téléphone) et des argumentaires de vente.
  • Négocier avec les programmateurs et diffuseurs potentiels le calendrier des représentations, le prix de vente et le type de contrat.
  • Vérifier la faisabilité technique du spectacle dans le lieu de diffusion (nécessite d’avoir une connaissance en technique du spectacle).
  • Suivre le budget de diffusion et transmettre à l’administrateur ou au service comptable les informations nécessaires à l’exécution du budget de diffusion (les informations sociales du groupe, les salaires, les achats éventuels,…).
  • Analyser les résultats financiers de la diffusion d’un spectacle ou le nombre d’entrées réalisées après la vente d’un spectacle (cela permet d’avoir des chiffres concrets par secteur géographique).
  • Analyser les bilans de tournées et avoir des objectifs de dates.
  • Rechercher des partenaires locaux, nationaux et internationaux, publics ou privés, pour diffuser le spectacle.

Si nécessaire, il/elle contribue à la promotion des spectacles (comme la création de pack promo, l’envoi d’affiches, la création d’espace pro…), accompagne les tournées et assure une présence sur les festivals professionnels, prospecte de nouveaux artistes à diffuser (si la logique est d’étoffer son catalogue d’artistes).

Compétences :

  • Posséder une culture artistique avérée et assurer une veille sur l’évolution des Musiques Actuelles.
  • Savoir être autonome, naturel, persévérant, rigoureux, patient et passionné.
  • Avoir une bonne capacité à s’organiser, analyser, cibler et prendre des initiatives.
  • Savoir se construire un réseau donc être sociable.
  • Maîtriser la relation commerciale et ses techniques.
  • Être prévoyant et entreprenant.
  • Maîtriser l’anglais parlé et écrit.

Outils :

  • Matériel : PC, Téléphone, Connexion Internet, Cds Promo..
  • Mailing : Thunderbird, Gmail,…
  • Newsletter : Mailchimp, Mailjet, SendInBlue…
  • Logiciel de booking : Filemaker, Bob Booking, Merci Edgar, Heeds, Easy Zik, Logiciel spécifique…
  • Espace partagés : Drive (pour tableur base de données), Slack, Azendoo, Sharepoint….

CONTRAINTES / CONSEILS

Le tourneur est au centre d’un écosystème complexe fait de multiples métiers.

• Savoir sortir du lot car l’offre comme la concurrence sont fortes. C’est souvent grâce à la qualité de votre catalogue et à votre éthique que vous faîtes la différence.

• Avoir des outils de démarchage efficaces et maîtriser efficacement le combo mail/téléphone. Cela met un peu de temps avant d’être en place.

• C’est un métier usant et difficile qui est souvent exercé sur le court terme donc prévoir des moments de repos et de recul.

• Les temporalités sont très différentes suivant les réseaux donc il est compliqué de jongler sur plusieurs d’entre eux (Smacs, festivals, centre culturel, café concert…).

• La valeur d’un bookeur tient à son réseau, à sa connaissance du terrain et à sa capacité à trouver des dates adaptées.

Prospection et Ciblage

  • Connaître les différents réseaux de diffusions et leurs particularités (temporalités, attentes, fonctionnement…).
  • S’inspirer des tournées de groupes similaires à votre esthétique et des boites de production qui les représentent.
  • Regarder dans les agendas culturels, flyers, magazines, programme de salles, guide et annuaires (comme l’Officiel de la Musique).
  • Faire des invitations au concert.
  • Établir une liste de 100 contacts minimum (salles, festivals, autre partenaire potentiel…) avec des objectifs prioritaires.
  • Réussir à trouver nom et prénom, mails directs et téléphones de la personne que vous souhaitez joindre.
  • Pour la recherche de dates, commencer par du local et régions frontalières.

> LES DIFFÉRENTS RÉSEAUX MUSIQUES ACTUELLES

FEDELIMA (Fédération des lieux de musiques actuelles)
Réseau national qui regroupe plus de 145 lieux de musiques actuelles dont les scènes de musiques actuelles (Smacs).

CHAINON
Le Réseau Chainon regroupe 244 professionnels en charge de projets artistiques et culturels dispersés sur tous les territoires francophones (centres et services culturels, théâtres, lieux pluridisciplinaires) et qui regroupent toutes les esthétiques du spectacle vivant (théâtre, musique, danse, arts de la rue,…)

BARS ET CAFÉS CONCERT
Un réseau assez connu est le collectif Bars Bar. En dehors de celui-ci il faudra prospecter vous-même et demander aux réseaux Musiques Actuelles régionaux comme Octopus de vos fournir des informations.

FESTIVAL
Il y a peu de réseaux de festivals français. Comme pour les bars et café concerts, il vous faudra prospecter et vous renseigner auprès des réseaux régionaux.

ASSOCIATIONS et PROMOTEURS LOCAUX
Vous pouvez demander aux salles et réseaux régionaux quelles associations font de la programmation et prospecter aussi par vous-même.

PRIVÉ (Comité d’Entreprise, Marque, Restaurant, etc.)
Nécessite de prospecter et s’adapter aux demandes (reprises, set long, etc.)

Le Programmateur (cible principale du tourneur) et ses problématiques :

  • Budget,
  • Remplissage,
  • Public,
  • Bouclage de son programme,
  • Goûts personnels et éthique,
  • Quota de nombre de spectacles par an,
  • Les missions de sa salle (accompagnement de groupes, action culturelle, programmation de spectacles, bar/restauration…),
  • Identité et aura de la salle.

> La prospection : le mail

  • Personnaliser et cibler votre demande (découverte, proposition spécifique, jouer en local…).

  • Faire un mail sobre, court et efficace (les premiers liens et les premières impressions sont très importants).

  • Spécifier les conditions d’accueil du spectacle (nombre de personnes, provenance, fiche technique…).

  • Si vous faites parti du groupe et que vous vous occupez du booking, soit cela vous convient soit vous pouvez scinder vos deux activités en créant un alias, une signature ou un mail pro pour le booking.

  • En cinq – six mails, on doit avoir vendu et boucler une date.

  • Prévoir une mini biographie, mentionner vos références (dates et premières parties importantes) et mettre des extraits de presse importants dans le corps du mail.

  • Faire attention au format d’écriture du mail (pour ne pas avoir de formats de typo différents).

  • Ne pas hésiter à envoyer vos morceaux non définitifs.

  • Ne pas hésiter à mettre de l’italique, du gras et du surligné pour mettre en avant les informations importantes.

Une des règles d’or du booking quand on reçoit un mail entrant (demande directe d’une organisation) pour un de nos groupes est de renvoyer la balle en demandant quelle est l’offre financière proposée.

Pour un premier mail de contact, essayez d’y mettre les formes (beau mail court et efficace avec une identité graphique) et la manière (tonalité et signature pro, évoquer les conditions avec FT/Rider). Lorsque vous relancez, il faut que ce soit fourni et justifié (faire remonter des spams ou de la liste, nouveaux matériaux, invitation…) et il est nécessaire de prioriser les relances, selon l’importance accordée à la cible de votre demande.

> La prospection : Le téléphone

  • Être calme, laisser de la place et écouter.

  • Rester entreprenant (parfois culotté pour faire sauter les filtres).

  • Ne pas harceler et ne pas appeler pour rien.

  • Avoir une demande ciblée et assumée.

  • Savoir si il ou elle a écouté ton groupe.

  • Sourire au téléphone et poser les bonnes questions.

  • Être clair sur les conditions d’accueil et de vente(fermes ou souples) et les références (événements importants).

  • L’artistique n’est pas souvent le plus important pendant un appel mais plutôt le contexte autour de votre projet comme celui de la salle que vous démarchez (actualités, problématiques, projections,…).

  • Les meilleurs jours pour le téléphone : mardi et jeudi.

  • « Le bookeur est le psy du programmateur »

Le démarchage téléphonique nécessite de l’entraînement et de la pratique.
En amont, il est important d’être en forme, de recueillir des informations avant l’appel (contacts – jauge – style de la salle), de préparer son argumentaire par écrit (en isolant 4 – 5 idées principales) et de connaître les jours et heures pour appeler.
Pendant l’appel, on vous conseille entre autre de bien épeler le nom de votre groupe, d’avoir envoyé un mail avant l’appel (sur lequel s’appuyer si besoin), de dire véritablement combien votre groupe ramène de public (si on vous le demande) et d’amener et jauger le tutoiement..
Suite à votre appel, ne pas oublier de résumer la conversation par mail et de noter les informations recueillies.

Confirmation et suivi de production

  • Une fois les conditions et l’offre validées par les deux parties, faire un mail de confirmation complet avec toutes les informations évoquées et nécessaires à la réalisation de la date (contrat, facture, FT/Rider,…).
  • Ayez des outils pour y noter les informations essentielles liées aux dates confirmées (offre, %, salaires, subventions…).
  • Mettre en lien les équipes de production et les équipes technique pour le suivi de réalisation de la date.

Stratégies de développement

  • La stratégie doit être adaptée à l’environnement économique, technique et humain du projet.
  • Arriver à identifier une stratégie cohérente en fonction de chaque projet, d’où on part, où on va et comment on y va (notamment grâce à la réalisation d’un rétroplanning qui sera votre feuille de route).
  • La stratégie de diffusion doit être en accord avec la stratégie des partenaires (disques/ éditions) quand il y en a.
  • Dans votre argumentaire la stratégie est importante. Construisez la avec ou en accord le groupe.
  • Définir des périodes de tournée avec des objectifs importants (gros festivals, premières parties, secteur géographique).
  • S’inspirer des tournées d’autres groupes ou boites de productions.
  • Commencer par tourner en local/régional puis aller vers les régions frontalières ou cibler une région spécifique proche de vous.
  • Communiquer autour des temps forts : sortie de résidence, sortie de création, sortie d’album – EP – clip, tournée.
  • Trouver des prescripteurs qui parleront de vous et de vos projets en bien.
  • Trouver des moyens d’entretenir la notoriété et la longévité de vos groupes.
  • Chercher un autre réseau de diffusion quand ça ne fonctionne pas.
  • Faire de l’import de groupes étrangers ou de l’export de vos groupes.
  • Jouer sur tout type de lieux.
  • Se déplacer sur les festivals et rendez-vous professionnels.
Fiche rédigée par Charles Féraud (MAJ 01/03/2021)

MA SOURCE est un site imaginé et réalisé par OCTOPUS.
Fédération des Musiques Actuelles en Occitanie.